• Accueil

    Ce blog réunit les archives de la feuille Or HaMoussar, afin d’éveiller ou de rappeler un savoir-vivre et une morale (Moussar) auprès des générations.

    Le premier numéro de Or HaMoussar est sorti en Adar 5752 (mars 91). Voici quelques réactions que nos publications ont suscitées auprès des amis du Moussar :

     

    En l’honneur du Comité pour la diffusion des écrits d’halakha et de moussar,

    Je tiens à exprimer ma grande appréciation devant cette importante œuvre dirigée avec la bonté céleste… dans cette génération qui, plus qu’aucune autre, a un besoin urgent de se rapprocher des paroles de la Tora que nos Anciens ont adressées au cœur du peuple. Les paroles qui sortent du cœur pénètrent au cœur...

    Les traductions de ces feuilles sont faites avec une grande sagesse et une grande minutie, heureuse est la portion de leurs rédacteurs qui rendent les autres méritants.

    Rav Yossef Arahon Koula (Beit Midrach Beer HaGola), 5752.

     

    J’ai eu le plaisir cette semaine de recevoir le numéro 10 de votre revue et vous en remercie.

    Cette revue prendra une place de choix dans notre CDI pour informer nos professeurs de Kodech et nos élèves.

    Je tiens à vous féliciter pour la qualité des articles et vous prie de continuer à nous faire parvenir votre revue ou tout document que vous publierez.

    Lehagdil Tora ouLéhadra

    M. Abraham Elhadad (Directeur Torat Emet – Otsar HaTora, Sarcelles), 5759.

     

    J’ai l’honneur de vous accuser réception ce jour de votre nouvel envoi et vous en remercie très sincèrement. Je vous félicite pour sa richesse et son niveau élevé…

    Veuille HaKadoch Baroukh Hou continuer de vous donner la volonté et les moyens de réussir dans votre mission.

    Rav Hayim Yacov Schlamme (Rabbin de la Communauté Adath Israel), 5760.

     

    Merci beaucoup pour l’envoi du précieux livre Mezakei HaRabim (traduit), et je suis désolé de ne pas l’avoir connu jusqu’à ce jour…

    Yéchar Koa’h et heureux soyez pour votre mérite de renforcer l’étude du Moussar, impérative dans toutes les générations et d’autant plus aujourd’hui. Comme il est écrit : « Tiens-toi fermement à la morale (Moussar) sans jamais faiblir, sois-lui fidèle car elle est ta vie » (Michlé 4:13)…

    Rav Shmouel Schneor (Roch Yéchiva Ohr David, Bussieres), 5760.

     

    Chalom OuBrakha,

    J’ai bien reçu votre envoi du dernier numéro de Or HaMoussar et je vous en remercie. J’ai pu le distribuer dans 4 Batei Midrach et beaucoup m’en ont encore demandé…

    Avec tous mes remerciements et encore Yechar Koa’h.

    Rav F. Klapisch (Marseille), 5760.

     

    Chalom OuBrakha,

    Je vous remercie pour le précieux envoi des feuilles qui ont provoqué l'éveil et l'intérêt de plusieurs Avrekhim de notre Beit Midrach et qui ont atteint le but important qu'elles s'étaient assignées, qui est un des principes essentiels du Judaïsme, mais que nombreux piétinent et ils tombent, par nos nombreuses fautes « Sans savoir ce qui les fait trébucher » (Michlei 4:19).

    Rav Messod Hamou (Beit Midrach Mekor Haim, Paris), Eloul 5761.

     

    Je vous remercie pour votre envoi des feuillets portant sur les règles de conduite au travail. Je me suis empressé de les distribuer car il y a urgence, beaucoup de dégâts ont malheureusement déjà eu lieu et qui ont commencé sur le lieu de travail. C.-S. Villiers Le Bel. (Eloul 5761)

    J'ai été agréablement surpris de voir votre travail magnifique de Zikouy Harabim et surtout dans le domaine du Moussar dont beaucoup de personnes ignorent la portée.

    Je vous félicite, étant moi-même un ancien élève de Novardok, disciple de Rabbénou Guerson Libman de la Yeshiva Ohr Yosseph en France… Rav Salomon Wizman (Ancien Rabbin de Meaux) Chevat 5777.  

     

    Or HaMoussar remercie le Grand Rabbin Abraham Yafé-Schlesinger chlita et rav David Melka de la Communauté orthodoxe de Genève, pour leur publication dans Le Sentier - Ch'vil de plusieurs chapitres de notre livre Mézakei HaRabim (5756)

     

    Or HaMoussar autorise et encourage la copie de ses articles, totalement ou partiellement, sauf à des fins commerciales.